Tout le XIXe siècle

Le Lundi de la Charrue, la fête d’après les fêtes

Il y a deux jours, en Angleterre, c’était le Lundi de la Charrue.

Kesséssa ? me direz-vous. Hé bien, c’est un peu l’illustration de « quand y’en n’a plus, y’en a encore », autrement dit : quand les fêtes de fin d’année sont terminées et qu’il est temps de revenir à la vie normale, on trouve encore l’occasion de faire une dernière fête.

Parce que… pourquoi pas, après tout, hein ! 😉


Plough Monday, une fête agricole

En avant pour la nouvelle année

En noir, les régions anglaise qui fêtent le Lundi de la Charrue, d’après le site mastermummers.org

Plough Monday, soit le « Lundi de la Charrue », est une fête typiquement anglaise. Mais attention, on ne la retrouve pas dans l’ensemble du Royaume-Uni, non-non-non : seulement dans certaines régions du nord-est de l’Angleterre.

C’est une coutume ancienne, qui remonte au XVe siècle, et qui se déroule le premier lundi après l’Épiphanie du 6 janvier (cette année, par exemple, Plough Monday est tombée le 10 janvier). Cela marque le premier jour de l’année agricole, avec le retour au travail des paysans, fermiers et autres laboureurs. En effet, ils se mis au repos après les récoltes de l’automne, ils ont ensuite beaucoup festoyé pendant le temps des fêtes (c’est à dire les 12 jours entre Noël et le jour des Rois), à présent il est temps pour eux de se remettre au boulot et de commencer un nouveau cycle.

Une sorte de Fête du Travail en milieu rural, quoi !

Et comment on célèbre ça, alors ?

Pour lancer la fête, les paysans décorent une charrue symbolique, la font éventuellement bénir par le prêtre du coin, puis la font parader dans toute la ville en la portant à plusieurs, avec des cordes, entourés de danseurs et de musiciens pour mettre l’ambiance.

Tout ce petit monde est costumé, avec le visage noirci de suie. Le cortège s’arrête aux portes des maisons ou sur la place du village pour chanter et danser, en réclamant un peu de monnaie à ceux qui assistent au spectacle. L’argent collecté sera dépensé le soir-même pour payer une bonne bouffe aux participants.

Musiciens du Plough Monday à Maldon (2011), avec le visage noir

LA BOURSE OU LA VIE ! On retrouve le même principe que dans d’autres fêtes populaires faisant du porte à porte (comme le wassail, ici, ou Halloween, ici), à savoir qu’il faut donner une petite pièce ou sinon en subir les conséquences. En l’occurrence, si les habitants refusent de faire un don aux porteurs de la charrue, ils risquent de se faire labourer leur terrain devant leur maison… Adieu, fleurs, buissons, jolie petite allée de gravier ! 😉

C’est d’ailleurs souvent pour ça que ces fêtes sont déguisées : on peut ainsi se venger plus ou moins gentiment du voisin radin, sans se faire reconnaître. À Halloween on porte un masque, mais pour le Lundi de la Charrue on se noircit le visage.


Quelques traditions du Lundi de la Charrue

Bessy et le Fou

Parmi les danseurs qui accompagnent les porteurs de la charrue, deux sont déguisés en personnages grotesques :

  • la vieille Bessy est habillée avec les froques d’une vieille femme (c’est encore plus drôle si c’est un homme ou un garçon qui se travestit)
  • le Fou a un chapeau à poils sur la tête, des rubans ou des vêtements en peaux, et une queue d’animal dans le dos

Je n’ai pas pu trouver leur origine précise, mais je suppose qu’ils doivent dériver d’une quelconque légende ayant accompagné le Lundi de la Charrue à un moment ou un autre (tout comme le célèbre Père Fouettard est originaire d’une des légendes autour de Saint-Nicolas, par exemple. On en avait parlé ici).

Reste que Bessy et le Fou sont systématiquement présents autour de la charrue. Leur rôle est de faire la quête en agitant d’agiter un chapeau ou une boîte sous le nez du public pour l’inciter à y laisser tomber un peu d’argent en échange du spectacle.

Gravure montrant tout le monde en train de danser autour d’une charrue. On reconnaît en avant la vieille Bessy, avec une canne pour son grand âge et un chapeau à la main pour quêter, suivie juste derrière par le Fou (je n’ai pas la source de cette image, mais elle semble représenter le XVIIe siècle)
Le Fou de la Charrue, par George Walker (1814). Bessy est un homme travesti en vieille, et le Fou a ses rubans et sa queue dans le dos.

Danser avec des épées

Les danseurs du cortège effectuent parfois des danses bien spéciales, avec des épées.

Cette histoire d’épées, ça me chicotait. C’est quand même un emblème de guerre, non ? Il existe ailleurs dans le monde et ailleurs au Royaume-Uni, différents exemples de danses avec des épées, qu’on les tienne dans les mains (souples, rigides, en bois…) ou bien posées sur le sol pour sauter par-dessus. Souvent, ces danses symbolisent ou caricaturent des combats véritables.

Mais pour le Lundi de la Charrue, où on danse avec des épées rigides à la main, ça n’a rien de guerrier : en fait, certains spécialistes du folklore pensent que l’usage de ces épées dériverait d’anciens rites païens destinés à promouvoir la fertilité du sol.

Ce qui, dans une fête agricole, a bien plus de sens…

Là aussi, tout le monde danse avec des épées autour de la charrue, et on reconnaît une fois de plus une vieille Bessy au milieu à gauche, et un Fou au milieu à droite (illustration par Phiz, extraite du roman Mervy Clitheroe, 1858).
Rien à voir avec le Lundi de la Charrue, mais voilà quand même un exemple de danse folklorique anglaise avec des épées rigides à la main.

L’ours de paille

Dans la ville de Whittlesey, vers la fin du XIXe, est apparue une autre tradition : le lendemain du Lundi de la Charrue, l’un de ceux qui a porté ladite charrue est choisi et déguisé en ours de paille, puis montré à son tour à travers la ville, pour récupérer quelques sous, une pinte de bière ou un peu de nourriture en échange de ses pitreries. Comme le pauvre gars ne voit pas grand chose sous son costume, il est accompagné de ce qu’on pourrait considérer comme un « montreur d’ours », qui le tient par une corde.

Je me demande à quoi pensait le premier qui a imaginé pareil costume, tiens ! 😉

La fête est interdite après 1909 (les autorités l’ayant visiblement associée à de la mendicité et un trouble de l’ordre public), mais elle a été ravivée de nos jours, puisque Whittlesey organise chaque année en janvier son festival de l’ours de paille.

À gauche, le dernier ours de paille en 1909 (mais elle tenait avec quoi, cette paille ? de la boue ?). À droite, une version moderne en 2007.

Le pouding de la Charrue

Enfin, la fête possède son propre pouding, apparu dans le comté de Norfolk.

Il s’agit en gros de chair à saucisse enveloppée dans une pâte faite de farine et de suif, et cuite à la vapeur serrée dans un linge, ce qui lui donne sa forme de demi-boule (tout comme le pouding de Noël, ici) (et pour tout savoir sur les poudings en général, voyez plutôt ici).

Une autre recette consiste à réutiliser les restes du pouding de Noël, de l’émietter dans du brandy, du lait et de l’oeuf battu, de le recuire un peu et de le resservir ce lundi-là.

Rien ne se perd, ma bonne dame !


En conclusion

Je trouvais cette fête tellement surprenante que j’ai essayé de la placer dans le roman que je suis en train de terminer d’écrire. Mais ça ne fonctionnait pas, alors j’ai laissé tomber et je vous en ai fait un article… 😉

Le Lundi de la Charrue s’est essoufflé dans le courant du XIXe siècle, et a complètement disparu au tout début du XXe, probablement à cause du fait qu’après des décennies d’exode rural il n’y avait plus beaucoup de gens dans les campagnes pour maintenir la tradition, sans compter que la charrue ancestrale elle-même a disparu au profit des machines à moteur modernes (c’est tout de suite moins joli pour parader en ville). Mais aujourd’hui, quelques amateurs de folklore essayent de faire revivre ces vieilles traditions, ce qui fait que certaines villes organisent à nouveau des parades et des festivités pour le Plough Monday.

Et vous, est-ce qu’il y a de vieilles traditions ou fêtes oubliées, que vous aimeriez voir réapparaître ?

SOURCES :
Wikipedia – Plough Monday
The Old Foodie – Plough Monday, and Pudding
Plough Monday
Wikipedia – Mummers’ Play
History of Plough Monday
The English tradition of Plough Monday
Today is Plough Monday
Map – Plough Monday customs in England
Straw Bear origins
Wikipedia – Long sword dance
Photos d’un Plough Monday à Maldon, en 2011

guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments