Un nouveau roman en cours d’écriture ! (et autres news)


_ Écriture / samedi, juillet 4th, 2020

ÇA Y EST ! Enfin !

Les premières pages sont écrites et le rythme de travail se met en place petit à petit.

Je reprends ma casquette de romancière et ça fait du bien !


Alors, ce nouveau roman ?

Vous allez peut-être trouver ça bizarre, mais ça faisait un bon moment que j’essayais de me remettre à écrire, sans y arriver. J’étais timide.

Même après avoir écrit 6 bouquins, je suis toujours stressée à l’idée d’en commencer un nouveau. Comme si ma précédente phase d’écriture remontait à trop loin (2018, c’est si loin !) (hum…), comme si j’avais oublié comment faire, comme si je n’étais pas à la hauteur de la tâche…

Je remettais toujours à demain, j’avais toujours autre chose de plus urgent à faire (bon, ça c’est un peu vrai quand même), et j’ai traîné des pieds comme ça pendant plusieurs mois alors que mon plan de travail était prêt et que j’aurais pu commencer.

Et pourtant, une fois motivée à m’y mettre, j’ai pondu des pages et des pages du premier coup, sans aucune difficulté. Ok, tout n’est pas encore totalement clair, il y a des aspects de l’histoire qui seront déterminés en cours de route, n’empêche que les personnes sont prêts, je sais où je commence, je sais où je vais finir, alors go ! Une fois mon clavier sous les doigts, c’est venu tout naturellement !

Et donc ? Ça parle de quoi ?

Ça raconte l’apprentissage d’une fille de la campagne embauchée comme domestique à Londres dans les années 1860.

Elle s’appelle Fanny, elle a dix-sept ans, elle ne connaît pas grand chose du vaste monde, et elle va galérer un peu parce qu’une vie de domestique c’est une vie difficile.

Voilà, voilà… 🙂


Et ton livre en anglais, alors ?

Ça roule !

J’ai d’abord fait une petite opération de promo pour faire une prévente, ensuite je l’ai mis en vente le 16 juin comme prévu. Depuis, il se vend, et je suis plutôt satisfaite du résultat.

Alors, c’est vrai, il est sur le marché international (on m’en achète depuis les USA, le Canada, le Royaume-Uni, l’Australie, et plusieurs autres pays), mais comme je le disais ici, je suis noyée dans une concurrence monstrueuse. Il ne faut donc pas imaginer que j’en ai déjà vendu des milliers comme par magie. En réalité, j’en écoule environ 8 à 10 par jour, et c’est déjà un très bon chiffre, surtout que l’important c’est d’être régulier (l’autoédition, c’est une course de tortues, pas de lièvres).

Je suis donc active sur les différents groupes Facebook anglophones pour y faire une promo régulière, et je suis en train de tester diverses campagnes publicitaires payantes sur Facebook et sur Amazon.

Hé oui, je dois encore dépenser des sous ! 😉

À L’AIDE ! Contrairement à la version française, je n’ai quasiment pas de votes ni de commentaires sur Amazon pour la version anglaise et j’avoue que ça me tracasse.

Alors si jamais vous avez déjà lu La renaissance de Pemberley et que vous écrivez en anglais, est-ce que vous pourriez aller ajouter un petit commentaire sur Amazon.com ? Ça m’aiderait beaucoup à lui donner de la visibilité ! Un gros merci d’avance ! 😀

J’ai aussi réalisé mon tout premier book trailer ! Je ferai sûrement mieux la prochaine fois, mais pour un début je trouve ça pas si mal (et je l’utilise pour faire des campagnes de pub Facebook, c’est pour ça que j’ai fait un format carré).


Et le blog ? Ça va continuer ?

Bien sûr que oui !

Je m’éclate à vous faire un article chaque mercredi, à choisir des sujets que je trouve intéressants et pour lesquels je cherche un angle intéressant aussi. Et je suis super contente de voir dans vos commentaires et vos emails que ça vous plaît, et que vous renchérissez volontiers en partageant vos propres connaissances. Merci, tout le monde ! 😀

Bon, après, un blog, ça implique d’autres galères, plus techniques. Je reçois du spam, des commentaires indésirables, des « petits connards de bots ! » (oui, c’est comme ça que je les appelle…) qui font semblant d’être des visiteurs et faussent mes statistiques. Bref. Je me prends la tête, je modère, je mets en place des outils, des filtres et des protections pour avoir la paix, et j’apprends.

En tout cas, ça montre que le blog continue de grandir, et ça, c’est cool !


En conclusion

Récemment, j’ai demandé à mon patron de ne plus travailler le vendredi (oui, parce qu’à la base je bosse à temps plein, en plus de mon activité d’auteure).

J’ai fait ça pour donner plus de place à l’écriture et parvenir à sortir mon prochain roman sans pour autant quitter mon emploi. Un truc que je n’ai encore jamais fait, alors on verra bien comment ça se passe.

J’ai aussi d’autres projets pour 2021 (qui risque d’être une année assez dingue !), toujours dans l’optique de devenir et de rester une auteure indépendante, qui produit ses propres bouquins et son contenu web. C’est en développement, et je vous en reparlerai quand ce sera pertinent. Rien n’arrive du jour au lendemain, mais je trace ma route et pour le moment j’adore la direction que ça prend, alors je continue !

Ah là là, c’est bien excitant, tout ça ! 😀

0 0 vote
Cet article était
guest
7 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments