Chatsworth House, la vraie Pemberley (… peut-être)


- Le monde de Jane Austen / samedi, septembre 8th, 2018

Dans le sud du Derbyshire se trouve un château magnifique, une maison au sens très noble du terme, nommé Chatsworth House. Encore aujourd’hui, c’est la demeure des Cavendish, ducs du Devonshire. C’est ce qu’on appelle une country house, c’est à dire une maison de campagne, mais dans la culture anglaise ce n’est pas du tout considéré comme une maison secondaire : au contraire, c’est plutôt la belle grande demeure ancestrale, au centre des terres de la famille.

C’est également la maison dont beaucoup soupçonnent Jane Austen de s’être inspirée pour décrire Pemberley.

Ce n’est qu’une théorie et nous ne saurons jamais rien du fin mot de l’histoire. Certains la réfutent, d’ailleurs, en disant que Jane Austen ne peut pas avoir fait un tel amalgame, surtout qu’elle cite directement cette maison dans son roman (Elizabeth et les Gardiner visitent en effet Chatsworth pendant leur voyage dans le Derbyshire, juste avant qu’ils ne croisent Darcy à Pemberley).

On en revient donc à une simple questions de goûts personnels, mais sur ce point je suis du côté de ceux qui imaginent volontiers Pemberley ressemblant trait pour trait à Chatsworth. C’est là-dessus que je me suis basée dans mon roman.


La maison (que dis-je : le château !)

Il faut remettre les choses dans leur contexte : l’actuelle Chatsworth est beaucoup plus grande que la maison qui existait à l’époque du roman, donc comparons ce qui est comparable…

Nous pouvons imaginer la maison principale, avec sa belle cour carrée, mais oublier totalement la grande aile nord, la fontaine et son plan d’eau qui n’existaient pas, pas plus que le petit pavillon et sa cascade dégringolant la colline. C’est William Cavendish, 6ème duc du Devonshire, qui fit faire ces travaux d’agrandissement et d’aménagement des jardins quelques année après les évènements fictifs d’Orgueil et préjugés.

Chatsworth House, Derbyshire, façade sud. Utilisé comme Pemberley dans le filme de 2005 de Orgueil et préjugés
Façade sud. Oui, mais sans la fontaine et sans le plan d’eau. Il y aurait plutôt des jardins et des arbres à cet endroit.
Chatsworth House, Derbyshire, façade ouest. Utilisé comme Pemberley dans le filme de 2005 de Orgueil et préjugés
Façade ouest. Oui, mais sans l’aile qui se poursuit sur la gauche. On peut aussi enlever le grand mur de terrassement et les jardins à la française qui n’existaient pas encore.

Une autre raison d’imaginer Pemberley un peu moins imposante que ne l’est Chatsworth aujourd’hui, c’est que Darcy, aussi riche soit-il, ne peut tout de même pas avoir le même standing que toute une lignée de puissants ducs (on parle du plus haut rang de la noblesse, là ! et les Cavendish ne sont vraiment pas des petits joueurs sur l’échiquier aristocratique). Alors, certes, il possède la moitié du Derbyshire et 10.000 livres de rentes, donc Pemberley est forcément une très grande maison, mais il faut trouver un juste milieu dans tout ça.


La région

Veut, veut pas, Chatsworth, c’est en plein Derbyshire. Sur ce point, on est fidèle au roman.

La série de la BBC, elle, utilise plutôt le château de Lyme Park, qui se trouve beaucoup plus au nord, dans le Cheshire (près de Manchester).

On pourrait objecter qu’à moins d’aller dans les landes du pays de Galle ou en Écosse, les plaines anglaises sont relativement homogènes, donc, pour ce qui est du paysage, Lyme Park peut très bien faire l’affaire. C’est vrai. De plus, Chatsworth et Lyme Park ont été construites sensiblement à la même période (à 30 ans d’écart seulement), elles ont à peu près la même taille et le même grand parc tout autour.

Mais il y a un détail qui me chagrine : la pierre locale. Lyme Park est construite dans du grès, qui a une couleur grise et mate. Et ça assombrit tout… 🙁

Lyme Park, utilisé comme Pemberley dans la série BBC de Orgueil et préjugés
Lyme Park fonctionne bien pour ce qui est de la taille et la prestance, peut-être moins pour le style architectural plus mélangé et pour cette fichue couleur mastic.

En comparaison, Chatsworth, construite en calcaire, est bien plus lumineuse. Un détail qui a son importance à mes yeux, car une Pemberley aux tons de gris n’a pas le même impact sur l’imaginaire…


En conclusion

Voyez ici d’autres détails à propos de ce choix de couverture

Demandez-vous pourquoi j’ai choisi de la feuille d’or en couverture de La renaissance de Pemberley… 😉

Ce n’est pas juste pour faire joli. Pour moi, cette maison (qui est idéalisée, voir même transformée en symbole dans le roman de Jane Austen) évoque quelque chose de lumineux tout autant que de luxueux. C’est intemporel, classique, sobre : autrement dit, on est dans l’or.

À mon prochain voyage en Angleterre, c’est certain, je me paye une visite à Chatsworth. En attendant, pour moi, Pemberley, c’est définitivement ça :

Tableau de Chatsworth House à l'époque de Jane Austen (peint en 1770 par William Marlow)
A view of Chatsworth (1770), par William Marlow
error

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.