Écriture et autoédition

« Les filles de joie » débarquent en France !

Ça, c’est une nouvelle que j’avais bien hâte de vous annoncer !

Attendez voir, que je vous explique…


Après le Canada, cap sur l’Europe !

Les filles de joie, Lise Antunes Simoes

Avant de passer à l’autoédition, j’ai d’abord été publiée par une maison d’édition appelée Les Éditeurs Réunis (LÉR). Ce sont eux qui m’ont donné ma chance avec mon premier roman, La cantatrice, puis avec ma trilogie Les filles de joie.

Or, jusqu’à présent LÉR ne publiait qu’au Canada. Je ne vous apprends probablement rien si je vous dis que le marché du livre français est extrêmement tendu et comporte déjà de gros joueurs difficiles à concurrencer, alors pour une maison d’édition étrangère c’est d’autant plus difficile de s’y faire une place. C’est pour cela que depuis les débuts de ce blog, malgré tous les articles que j’ai écris sur la vie dans les maisons closes (ici) pour vous partager les recherches que j’avais faites en écrivant cette trilogie et vous inciter à y jeter un oeil, j’étais désolée de voir que c’était si compliqué pour les lecteurs français, belges ou suisses d’y accéder.

Mais les temps ont changé ! LÉR a travaillé très fort ces dernières années pour se frayer un chemin vers l’Europe, et c’est maintenant chose faite grâce à leur nouvelle branche : Les Éditeurs Réunis – Diffusion Europe. Vous y trouverez une sélection de romans de leur catalogue canadien, et parmi eux… mes Filles de joie ! Moi, contente ! 😀


À paraître le 19 mai 2022

Les filles de joie, tome 1 : Le Magnolia sortira le 19 mai 2022 et sera disponible sur les plateformes habituelles de ventes de livres, ainsi que chez votre libraire.

Même pas besoin de patienter jusque-là : il est déjà disponible en prévente !

Élevée dans un cocon bourgeois étouffant, Victoire est une jeune femme passionnée et pleine de vie qui rêve de liberté. Séduite par un gentil garçon, elle n’a que dix-sept ans lorsqu’elle tombe enceinte, ce qui lui vaut de se faire jeter à la rue. Reniée par tous ceux qu’elle aime, Victoire part s’installer dans la grande ville de Montréal où elle doit travailler pour gagner sa vie.

Les mois passent et Victoire tient bon, mais le travail est dur, la misère est partout. Même si elle réduit son train de vie au minimum, les dettes s’accumulent et la faim se fait sentir. Isolée, la pauvre femme touche le fond. C’est alors que se présente une issue qui pourrait la tirer de cette situation infernale. On lui conseille d’aller frapper à la porte du Magnolia, une maison luxueuse tenue par une certaine Madame Angèle. La tenancière est toujours à la recherche de belles filles intelligentes et éduquées pour « tenir compagnie » aux riches messieurs qui viennent passer la soirée dans son établissement.

Victoire doit se résoudre. Elle fera la putain, puisque c’est le seul moyen dont elle dispose pour rembourser ses dettes. Les clients ? Ils ne sont pas tous faciles, mais la jeune fille de joie s’adapte. Elle n’a pas vraiment le choix.

Elle qui rêvait de liberté, la voilà enfermée dans une maison close…

Vous pouvez vous faire une meilleure idée en lisant dès maintenant le premier chapitre, disponible ici.

Et si vous voulez vous spoiler tous seuls, vous pouvez même lire aussi les premiers chapitres des tomes 2 et 3, mais je vous préviens, je décline toute responsabilité ! 😉


En conclusion

Mine de rien, c’est une nouvelle réédition (la 3ème !) pour cette trilogie, et je n’en suis pas peu fière, je l’avoue. En plus, la couverture est vraiment canon !

Ce n’est pour le moment que le tome 1, je ne connais pas encore les dates de parution des tomes 2 et 3, mais ça ne devrait suivre assez vite. Dès que j’en saurai plus, je vous tiendrai au courant, soyez-en sûrs.

Bonne lecture ! 🙂

guest
9 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments