Le mariage en robe blanche


- Époque georgienne, - Époque Régence, - Époque victorienne / samedi, janvier 12th, 2019

Dans la très grande majorité des films sur cette époque, les héroïnes se marient dans de belles robes blanches. C’est le genre de détail qui m’agace, car c’est complètement faux.

Je vais faire un petit détour pour vous raconter ça. D’abord, parlons lessive.


Le lavage du linge

On ne se rend pas bien compte, à notre époque moderne, à quel point le lavage du linge était une énorme corvée du temps de Jane Austen (et avant et après aussi, d’ailleurs, jusqu’à ce qu’un bienheureux invente la machine à laver).

On réservait généralement une journée par semaine ou par quinzaine, qu’on dédiait exclusivement à cette activité. Il fallait faire chauffer beaucoup d’eau dans de grands bacs, frotter, brosser, savonner, faire tremper ou bouillir les vêtements qui en avaient besoin, rincer, essorer, étendre, le tout à la main, beau temps, mauvais temps. Ajoutons à cela les draps, nappes, serviettes, etc. En plein hiver, ça devait être une galère de faire sécher tout ça à l’intérieur sans que les tissus ne prennent trop d’odeurs d’humidité, et l’été on n’était jamais à l’abri d’une averse qui vous détrempe votre linge étendu sur le fil (je vous rappelle qu’on est en Angleterre 😉 ). Ensuite, il fallait repasser, empeser… Bref : une vraie corvée !

Comme les vêtements coûtaient très cher, on voulait qu’ils durent longtemps, qu’ils soient pratiques à porter au quotidien… et pas trop difficiles à laver (sauf si on est d’une famille riche et qu’on peut se payer plusieurs blanchisseuses à domicile). La plupart des tissus étaient donc colorés, souvent aussi avec de petits motifs. Pratique ! Si on fait une tache, ça ne se verra pas trop et on pourra continuer de porter le vêtement sans problème en attendant le prochain jour de lessive. Cela dit, la mode était aux couleurs claires, notamment pour les jeunes filles, donc j’imagine qu’il y avait un entre-deux à trouver entre l’aspect pratique d’un vêtement et son esthétique.

Costumes des soeurs Bennet dans la série télé de la BBC. À l'époque de la Régence, les robes de jour ont des manches longues, des couleurs claires et des petits motifs.
La série de la BBC est un exemple particulièrement fidèle pour ce qui est des costumes d’époque. Les soeurs Bennet portent beaucoup de couleurs (pas toujours pâles) et de petits motifs.

Dans tous les cas, on attendait que les vêtements soient sales pour les laver, parce qu’on avait déjà bien assez d’ouvrage comme ça. On ne s’amusait pas à laver juste parce que ça a été porté une fois. Que les tissus soient épais (pantalons, redingotes des hommes) ou délicats (robes élégantes en soieries, avec possiblement des broderies, des dentelles…), tout ça demandait du boulot !

En revanche, le linge de corps (les chemises ou bas dans lesquels on transpirait) était plus facile à laver, car ce n’étaient que de petites pièces, la plupart du temps en coton ou en lin, donc plutôt résistantes. Pas besoin d’attendre le jour de lessive pour laver vite fait une paire de bas ! Ce petit linge était généralement blanc ou écru, sans que ça pose de problème : de toute façon, même s’il y avait un accroc ou une vieille tache qui ne veut pas partir, ça ne se voyait pas puisqu’il s’agissait de “dessous”.


Une robe blanche pour les occasions spéciales

Pour les raisons pratiques que je viens de citer, on se payait rarement le luxe d’avoir des vêtements de tous les jours blancs. Le tissu pouvait jaunir, il était facile à tacher et demandait beaucoup d’entretien (aussitôt porté, aussitôt lavé).

C’est pourquoi cette couleur était plutôt réservée aux tenues “exceptionnelles”. Ce n’est pas un hasard si les scènes de bal montrent toujours des femmes habillées de blanc : ce n’est pas le thème de la soirée, c’est juste qu’elles se sont mises sur leur 31 et ont sorti leur plus belle et plus précieuse robe du soir.

Tenue de bal classique de l'époque de la Régence et de Jane Austen : robe blanche pour les femmes, redingote sombre pour les hommes
Tenue de bal classique : blanc pour les femmes et sombre pour les hommes.
Le fait de porter des couleurs sombres permet aux hommes de mieux mettre en valeur leur partenaire. Une mode apparue dans ces années-là, notamment grâce au célèbre dandy Beau Brummell (dont je parle ici).

Justement, le mariage, c’est une occasion très spéciale ! Non ?

Mmmm… Pas tant que ça, non.

Il faut savoir qu’à l’époque, les mariages avaient lieu le matin. On se retrouvait tôt à l’église, on se mariait, puis on prenait avec la famille et les amis un déjeuner de mariage (c’est-à-dire un repas à 10h du matin, voir ici). Certes, c’était un repas de fête, mais pas un festin super chic comme on pouvait servir lors des bals. De plus, c’était le matin, donc ce n’était pas le moment de porter sa belle robe du soir avec les bras nus et les gants. Car une femme, pendant la journée, ne découvre pas ses bras, encore moins pour se rendre à l’église ! Montrer ses bras, c’est un peu impudique, c’est donc réservé aux bals ou aux grands dîners, où on s’affiche plus que d’ordinaire.

Ça peut sembler paradoxal, mais un mariage n’était pas un évènement social aussi important qu’un grand bal privé du type de celui de Netherfield. Il n’y avait pas autant d’invités (famille et amis proches seulement), on n’y servait pas d’alcool, et le mariage se terminait dans l’après-midi pour permettre aux jeunes mariés d’entreprendre le trajet jusqu’à leur futur domicile avant la tombée de la nuit.

Alors, même si on disposait dans sa garde-robe d’une belle robe blanche de bal, son mariage n’était pas le bon moment pour la porter.

NOTE : Voyez cet article, ici, sur le déroulement d’un bal. J’y reparle de la couleur blanche et de sa symbolique, associée au luxe et pas du tout à la virginité.


Mais alors, les robes de mariage étaient de quelle couleur ?

N’importe laquelle. Une robe de mariage, c’était simplement la plus belle robe de jour qu’une jeune femme possédait. Elle pouvait prendre une de ses tenues les plus récentes et l’agrémenter avec des rubans, des dentelles, des broderies… On n’avait pas forcément l’habitude faire fabriquer une robe exprès pour le mariage (ça coûtait trop cher !), mais si c’était le cas il était certain qu’elle allait être réutilisée à de nombreuses reprises par la suite !

En réalité, au lieu d’une robe, les fiancées trouvaient plus important de se procurer des accessoires : des souliers de satin neufs (le must !), un joli bouquet, un nouveau chapeau… C’était plus abordable, plus facile à décorer, et on allait pouvoir les ressortir à tout un tas d’autres évènements.

ANECDOTE : je vous renvoie aussi vers l’article sur le mariage en chemise. Vous y découvrirez que dans certains cas particuliers on ne portait pas de robe de mariage. Je veux dire : on ne portait pas de robe du tout… Oui, oui, vous m’avez bien comprise ! À lire ici 😉


Arrive Victoria, 30 ans après Orgueil et préjugés

Robe de mariage de la reine Victoria, en 1850. Du satin blanc, de la dentelle, un voile et une couronne de fleurs

En 1840, la reine Victoria choisit, pour son mariage, une robe de satin blanc et une couronne de fleurs. À l’époque, ce choix inhabituel a été beaucoup critiqué. On déplore cette drôle de couleur (la mode était aux tons de rouge, couleur de la joie et de l’amour) et l’absence d’une couronne de pierres précieuses sur la tête d’une reine.

Il est possible que cette décision ait été une référence à une tradition datant de l’époque romaine (rappelons depuis le début du XIXème, on adore tout ce qui relève de l’Antiquité), où les mariées portaient une robe blanche et une couronne de fleurs d’oranger. D’autres pensent que c’était pour mettre en valeur l’uniforme rouge du beau Albert, dont Victoria était déjà folle amoureuse, ou encore que c’était pour relancer l’industrie du satin à Londres.

Toujours est-il qu’après s’être terriblement offusqués, les artistocrates anglais se sont mis à imiter leur reine en se mariant, eux aussi, en blanc. Peu à peu, l’idée s’est propagée jusqu’aux couches sociales plus populaires. Victoria, en son temps, a été si influente qu’elle a lancé bon nombre de modes, qui sont devenues des traditions persistant jusqu’à nos jours.

Cela dit, cette mode ne s’est pas imposée du jour au lendemain, ça a été très progressif. Quand j’ai écrit sur Emma Albani, par exemple, j’ai appris qu’elle s’est mariée en 1878 dans une robe… rouge bordeaux.


En conclusion

Tout cela signifie qu’en dépit de ce que nous montrent les films et les séries, il n’y a aucune chance pour que Jane et Elizabeth Bennet se soient mariées en blanc.

Double mariage des soeurs Bennet avec Bingley et Darcy. Les robes de mariées blanches ne sont pas du tout d'époque. On ne se mariait pas en blanc du temps de Jane Austen.
La BBC a fait un travail formidable pour respecter les vêtements d’époque. Cela dit, le mariage en blanc de Jane et Elizabeth (et de Lydia également) ne fonctionne pas.

Il n’est pas absolument impossible que ce soit le cas, c’est juste que ce n’est pas du tout logique avec leur statut de jeunes filles d’un milieu modeste, qui n’auraient sûrement pas les moyens de se payer du blanc, et le fait qu’à leur époque se marier en blanc n’était absolument pas une convention.

La raison pour laquelle ces films n’hésitent pas à faire une telle entorse au réalisme historique, c’est très probablement parce que le spectateur veut voir un mariage semblable à ce qu’il imagine. Si on lui montre un mariage sans robe blanche, il ne reconnaîtra pas les codes auxquels il est habitué et risque d’être frustré, de se dire que c’est un mariage bizarre ou mal réalisé. Or, il s’agit souvent de la scène finale, du happy end qui conclut l’histoire, alors mieux vaut que le spectateur termine, lui aussi, sur une note heureuse.

Je suis donc convaincue que lorsqu’on nous montre une mariée en blanc, dans des films sur cette époque, ce n’est pas une erreur historique, mais bien une décision artistique assumée pour donner au public ce qu’il demande.

Et je comprends tout à fait.

Mais ça m’agace quand même… 😉

error

9 réponses à « Le mariage en robe blanche »

  1. Merci pour ton article, j’ai appris beaucoup grâce à celle-ci. C’est une époque qui me fascine, et que j’adore.
    Comme tu parles de la reine Victoria, il y a justement quelques années j’avais participé à une exposition sur la mode au temps de la reine Victoria. Très enrichissant aussi.

    1. Hey, bonjour toi ! 🙂 Oui, le XIXème dans son ensemble est une époque super riche, ça bougeait beaucoup (révolution industrielle, avancée technologiques, mouvements sociaux, tout ça, tout ça…). La reine Victoria a eu une influence énooooooorme, sur son pays bien sûr, mais aussi dans le reste du monde à travers son empire colonial et ses enfants qu’elle a placés sur tous les trônes d’Europe.

      Pour le moment je parle surtout de l’époque georgienne/Régence, car j’ai encore le nez plongé dans Jane Austen, mais mes deux premiers romans se déroulaient plutôt à la fin du siècle, à Londres et Montréal, alors je vais bientôt commencer des articles sur l’époque victorienne elle-même (Emma Albani, l’héroïne de “La cantatrice”, a d’ailleurs été l’une des chanteuses favorites de la reine Victoria !). J’aime aussi ramener mes sujets aux petits détails du quotidien, pour qu’on essaye de se mettre un peu mieux à la place des gens qui ont vécu ces années-là…

      Tu avais participé comment, à cette exposition ? Tu l’avais visitée ou bien tu avais été impliquée dans sa création ?

  2. Bonjour, c est une chose que je savais déjà-et qui m agace un peu également de lire ou voir qd on parle de cette époque. C est aussi le genre de détail que j ai bcp aime dans votre très très bonne suite !!!!

    1. Merci ! En effet, ni Jane ni Elizabeth n’ont de robes blanches dans “La renaissance de Pemberley”, j’ai fait attention à ça 😉

    1. Merci ! Revenez de temps en temps, dans ce cas : j’alterne entre les billets typiquement sur l’univers de Jane Austen et d’autres sur le processus d’écriture en général, et j’ai encore pas mal d’anecdotes de ce genre à raconter 🙂

  3. Lorsque je regarde la robe de Victoria , elle me fait irremediablement penser au tutu long des ballets classiques du repertoire comportant tous un acte ” blanc” et en plein essort à l’epoque ( Sylphide Giselle …) un rapport?

    Par ailleurs, je confirme pour le blanc. Je suis moi même plongée dans le XVIII eme en Corse..les robes de fêtes etaient plutot dans les rouges.
    Quant au noir, c’etait une couleur rare et pas du tout reservé au deuil…qui etait bleu! Qu’en était il de ce noir ailleurs?

    1. Le noir pouvait aussi être utilisé pour les mariages… le noir a lingtemps été l’opposé de ce que l’on pense aujour’hui et était considéré comme la couleur de…. la fertilité… (cf la terre fertile est noire par exemple). À l’epoqur austenienne je ne vais pas m’avancer mais en tout cas ça a longtemps été le cas…

      1. Je confirme : dans mes recherches j’ai également vu passer des robes de mariées noires. À un moment, ça devient un peu confus, parce que ce sont des modes qui évoluent dans le temps, donc 30 ans avant ou 30 ans après ça peut faire une grosse différence (il faudrait demander à des historiens spécialisés en costumes d’époque). Pour le deuil, il y avait le blanc, le noir, le violet, le gris, mais tout ça s’est surtout à l’époque victorienne, qui était super codifiée. Pour l’époque georgienne, il semblerait qu’on faisait surtout avec ce qu’on avait sous la main. Le plus important à retenir, c’est qu’on parle de robes à porter le jour, et non pas le soir, et ça fait une grosse différence sur leur niveau d’élégance. Se procurer “la robe de sa vie”, comme on peut le faire, nous, aujourd’hui, n’avait pas de sens pour eux…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.